"J'ai retrouvé un rythme "normal" et une meilleure qualité de sommeil"

J'ai retrouvé un rythme normal et une meilleure qualité de sommeil

Virginie, 41 ans,

Pourquoi Thérasomnia?

Virginie:

Je suis employée de l'hôpital et je n'ai pas le choix de mes horaires. Tous les jours, cela change. Un coup je me lève à 5h car je travaille de 6h à14h. Un coup je peux me lever plus tard car je travaille de 13h à 21h. Et on enchaine souvent les "soir-matin", c'est-à-dire finir à 21h et reprendre le lendemain à 6h. Les jours de repos changent aussi chaque semaine: lundi+vendredi / mercredi+jeudi / samedi+dimanche.

Je trouve ce rythme épuisant. Renter chez moi fatiguée vers 21h, me doucher, manger et savoir que le lendemain le réveil sonne à 5h!.. J'avais peur de ne pas être assez en forme pour être bien dans mon travail le lendemain. Le métier d'infirmière comporte beaucoup de responsabilités. Faire une erreur peut avoir de lourdes conséquences. Cette peur générait chez moi beaucoup de stress. Je dormais donc très peu, énervée, regardant les heures défilées sur mon réveil.

Le lendemain j'assurais mon travail avec une sensation de lute permanente contre la somnolence. Quand je sortais du travail à 14h je ne pensais qu'à une chose: DORMIR. Compenser la nuit d'avant. Je faisais donc des énormes siestes. Souvent de 15h à 19h. Je me mettais même un réveil à 19h tant j'avais du mal à émerger. Vers 20h on mangeait puis on regardait la télé, et vers 11h30 quand on se mettait au lit, j'étais toujours fatiguée mais bien souvent le sommeil ne venait pas. Ou bien il venait mais était léger car très souvent je me réveillais plusieures fois dans la nuit.

Des fois, ce n'est que vers 6h que mon esprit lachait prise et que je m'endormais vraiment. Je restais alors au lit jusqu'à 11h, espérant prolonger cette sensation de repos. J'ai alors décider de suivre le programme Thérasomnia d'octobre à janvier.

En quoi cette méthode est-elle différente ?

Virginie:

Je passais la majorité de mon temps libre au lit à essayer de dormir. Je n'avais plus la force ni l'envie de faire du sport. Je voyais moins mes amis, déclinant les invitations. Et cela était source de conflits avec mon compagnon. Il ne comprenait pas comment le fait que de se lever deux ou trois fois par semaine à 5h puisse me chambouler comme ça et regrettait mon énergie d'avant. Il suggérait même que je change de travail. "Mais non tu n'es pas insomniaque, tu passe ton temps à dormir!". Constatant que malgré toutes mes stratégies pour dormir plus j'étais toujours aussi épuisée, j'ai commencé à chercher de l'aide.

Je ne suis pas allée chez le médecin généraliste pour qu'il me prescrive des somnifères. J'en avais déjà fais l'expérience suite à des insomnies quand j'étais plus jeune dans un tout autre contexte et cela ne m'avait pas été bénéfique sur le long terme (accoutumance, somnolence en journée). On avait pourtant essayé de réajuster la dose, changer de molécule. J'ai arrêté le traitement après plus d'un an, préférant mes mauvaises nuit à ce sommeil artificiel. Alors je me suis tournée vers internet.

Il devait bien y avoir des témoignages d'autres infirmières dans mon cas. Je suis donc partie à la recherche de témoignages et conseils. J'ai lu plein d'articles sur le sujet sur le site Psychologie.com. Ces lectures m'ont beaucoup appris mais dans les faits mon problème était toujours là... À force d'aller sur le site, je repère une petite bannière Thérasomnia "Retrouver le sommeil naturellement". Je regarde la vidéo. Ça a l'air trop beau pour être vrai... Ce qui m'a encouragée à tester, c'est que je connaissais déjà une méthode de thérapie comportementale voisine.

En effet, toujours sur Psychologie.com, il y a une autre méthode de coaching en ligne concernant les troubles du comportement alimentaire du Dr J-P Zermati que je connaissais déjà car je l'avais testée il y a dix ans, via le livre "Maigrir sans régime". Et cela avait fonctionner à merveille. J'étais donc convaincue que la thérapie comportementale pouvait marcher. Mon problème durait depuis des années, je pouvais bien lui consacrer quelques mois de plus. J'ai rempli le questionnaire de cinq minutes pour un diagnostic gratuit: insomnie chronique sévère.

Quelles sont vos impressions sur le parcours de Thérasomnia ?

Virginie:

Mon objectif de départ était de ne plus faire de nuit blanche, avoir un sommeil réparateur et me sentir plus en forme la journée, retrouver ma créativité. Le programme m'a aidé à mettre fin au cercle vicieux qui s'était installé. Ne plus confondre entre quantité et qualité du sommeil.

Petit à petit, cela a fait évoluer mes croyances sur le sommeil. En parallèle, j'ai changé mes comportements et la qualité de mon sommeil s'est nettement améliorée. Endormissement en moins de cinq minutes, de moins en moins d'éveils nocturnes, sommeil plus profond, moins de temps à faire volte face dans le lit, planning optimisé, énergie retrouvée! Et quand parfois je sentais une régression ou de la démotivation, j'allais sur le forum lire les témoignages d'autres internautes qui racontaient leurs progrès et cela m' encourageait à poursuivre.

Il y avait aussi et surtout la psychologue qui était toujours à mon écoute, soulignait mes progrès et me donnait des conseils pour avancer. Je suis ravie des changements. J'ai encore quelques progrès à faire, mais je suis contente, j'ai retrouvé un rythme "normal", je ne passe plus ma vie au lit. L'équipe de Thérasomnia a été très bienveillante avec moi. Ma psychologue a été très présente. Les entretiens téléphoniques ont été nombreux, selon mes besoins, et leur durée variable, jamais expéditive. Et à chaque fin d'entretien, on fixait ensemble des objectifs et on planifiait le rendez-vous suivant. Le parcours sommeil a une bonne progression. J'ai bien aimé le fait de franchir des "étapes", cela a renforcé ma motivation à aller jusqu'au bout.

Vos interactions avec la communauté ?

Virginie:

Les intéractions avec la communauté ont été à sens unique car je n'ai jusqu'à présent posté aucun message sur le forum. Comme je l'écrivais plus haut, je lisais les conversations d'autres internautes pour me motiver.

Même si je ne participais pas, je me sentais appartenir au groupe. Je me reconnaissais beaucoup en eux et leurs doutes et leurs réussites faisaient écho en moi. Je ne me sentais moins seule face à ce problème. Cela m'a beaucoup aidé.

Votre outil favori ?

Virginie:

Mon outil favori... Je voulais tellement y arrivé, je les ai tous testé et ils sont nombreux. Je les ai presque tous adoptés au quotidien maintenant.

La planification-priorisation des tâches du lendemain, un temps de transition entre la journée et la nuit avec une activité calme, l'image refuge, la respiration abdominale, ne pas se focaliser sur les soucis qui de toute façon sont insolvables la nuit, la tolérance aux bruits, etc etc...

Votre défi préféré ?

Virginie:

Mes défis préférés parce qu'il n'y en a pas qu'un: éteindre TV et mettre smartphone sur silence minimum 1h avant l'heure de coucher. Me lever du lit et ouvrir grand les rideaux dès que je suis réveillée le matin peu importe l'heure. Faire une activité sportive. Etc..

Par eddy22d7 0

D'autres témoignages

Haut de page 
X