Aller au contenu principal
Accueil forum       Retour à liste des sujets

insomniaque sévère, au bout du rouleau !

Vos trucs et astuces pour vous endormir Vos témoignages : comment vivez-vous votre insomnie?
12 juin 2022 à 22h

Bonjour, 

Sam 29 ans, 

Je souffre depuis à peu près trois semaines d’insomnie et ces deux dernières semaines sont marquées par une multitude d’insomnies totales (parfois deux nuits blanches consécutives, et deux heures à peine de sommeil, le jour où j’arrive à m’endormir).

Avant de commencer, à vous expliquer ma situation, j’aimerais faire de ce poste une sorte de témoignage au fur et à mesure des semaines/mois, si vous me le permettez, pour que les gens puissent constater ou non l’évolution. Il est vrai que certaines fois lorsqu’on n’est pas spécialement bien on cherche un peu de réconfort d’espoir dans des témoignages et les gens qui s’en sortent, ne viennent pas spécialement redonner de leurs nouvelles.

Avant toute chose, quelques petites informations sur moi, je suis de nature anxieuse, je stresse assez facilement. Il y a à peu près 7/8 ans lors d’une soirée à la suite d’une exposition trop forte au bruit, j’ai été victime d’acouphènes permanents dans les deux oreilles. Les premiers mois ont été très durs et de souvenirs c’est durant cette période trouble de ma vie que j’avais eu ma première série d’insomnie chronique s’étalant sur plusieurs mois.

Les années passent et j’apprends à vivre avec.

Plus d’insomnie périodique, je retrouve plus ou moins cette capacité à m’endormir partout mais avec un léger bruit de fond quand même pour masquer les sifflements. (Bien sûr quelques rechutes occasionnelles, de temps en temps mais rien de chronique ! à mon sens) 

 

3 ans plus tard, deuxième épisode chronique d’insomnie, qui s’étale sur plusieurs mois, de souvenirs ce dernier a été induit par une grosse période d’anxiété. 

Où j’essayais d’être performant sur le sommeil et la récupération pour mon sport, ajoutez à cela quelques autres tracas du quotidien, des questions existentielles non résolues… 

Et bien allez savoir pourquoi mon cerveau a fait l’inverse. Je dors de moins en moins, bien que je ne fasse qu’une ou deux nuits blanches durant cette période. J’éprouve de grandes difficultés à m’endormir et à rester endormis. 

Mon généraliste me met rapidement sous somnifères et anxiolytiques. Je ne souhaite pas en abuser et me limite à deux prises maximum par semaine, certaines fois, ils me font dormir 9 h d’affilées, d’autres fois je pense à cause du niveau d’anxiété seulement 1h30 ou 2.(

Je le sais avec précision car à l’époque sous conseils de ce forum j’avais commencé à tenir un agenda de mon sommeil).

Puis je commence à sortir progressivement de cette période d’insomnie un peu tout seul, en me disant Écoute « ce n’est pas grave même, si tu fais une nuit blanche ça va être les vacances il n’y aura pas de conséquences sur le travail demain et puis ce n’est pas grave, ce n’est pas la fin du monde bla-bla-bla… ». 

Et puis parallèlement à cela, j’avais des amis qui veiller super tard car ils montaient un business. Et du coup lorsque je ne trouvais pas le sommeil, je pouvais me joindre à eux, mine de rien ça aide vachement de se sentir moins seul.

De ne pas être seul à faire les 400 pas dans la maison, quand, tout le monde dort à point fermé. A remuer et remuer dans son lit avec ses angoisses ses anxiété. 

Bref je me sors de cette période et puis j’arrive une nouvelle fois à dormir sereinement, avec bien entendu des micros-rechutes.

 

5 ans plus tard, donc aujourd’hui à l’heure où j’écris ces lignes.

Je crois connaître mes pires crises d’insomnies chroniques, c’est comme si les deux épisodes précédents n’étaient que du pipi de chat !!

Je pense que c’est un mix de toutes les phases que j’ai un peu connu. De souvenirs elles ont commencé il y a quelques semaines avec quelques soucis de couple, rien de transcendant, au début au lieu de m’endormir à 00h0, commeà mon habitude, je commençais à dormir vers 1h du matin, puis 2h30 puis 3h.

Je ne m’en fais pas avec le temps, j’ai appris que l’une des premières choses qui partait, chez moi en cas de soucis c’était le sommeil. 

Les jours passent et je me sens plus fatigué, moins performant au lit avec ma partenaire, une baisse de forme de façon générale. Je souhaite me reprendre en main, mais là le début du cauchemar, le sommeil commence à me faire défaut, et là ! le drame ! 

Je commence en pleine nuit à effectuer des recherches diverses sur Internet, je tombe sur toutes les maladies de la création et j’ai l’impression de toutes les avoir.

Je deviens anxieux, très anxieux jusqu’à ne plus dormir du tout.

Par exemple pour cette semaine :

Lundi 6 juin : 7 h de sommeil

Mardi 7 juin : 0 minutes de sommeil, oui, oui !

Je me souviens de tout, c’est notamment l’une des nuits où je suis parti chercher toutes les maladies et les symptômes de la création. Dès que je pique du nez, j’ai une sensation bizarre thoracique qui me réveille directement. Ce n’est pas spécialement douloureux mais il me semble je dis bien, il me semble, avoir déjà connu ça lorsque, j’étais très anxieux durant mes autres phases. 

Mecredi 8 juin : Idem, 0 minutes de sommeil, dès que je pique du nez, sensation thoracique étrange qui me maintient éveillée avec en prime une sensation d’apnée à l’endormissement qui me fait me réveiller instantanément. Je précise bien à l’endormissement vraiment quand je commence à dormir.

Ce même jour : Rendez-vous chez mon généraliste qui me prescrit du Xanax.

Jeudi 9 juin : prise d’anxiolytiques Xanax, les sensations étranges thoraciques et d’étouffement se manifestent tout de même, par trois fois mais je parviens à m’endormir vers 23h tout de même épuisé. 

Avec un réveil dans la nuit mais, j’ai quand même fait huit heures de sommeil. Mon paternel était à côté de moi, surle canapé cela a peut-être joué, présence rassurante, se sentir indirectement moins seul avec ses crises d’angoisses.

Vendredi : Malgré plein d’enthousiasme et l’anxiolytique et la présence de quelqu’un à côté de moi je ne parviens pas à m’endormir avant 6h du matin pour me réveiller à 8h spontanément, 2 h de sommeil…. Dès que je ferme les yeux et que je commence à m’endormir ces sensations étranges au thorax, me réveillent d’un seul coup et me maintiennent éveillés.

Samedi prise de Xanax, dans la soirée juste après un repas entre amis, au moment de l’endormissement, je ressens quelques gênes thoraciques, mais rien de bien folichon, je me réveille en stress et en panique une petite heure plus tard… !!

¨Persuadé que mes acouphènes avaient augmentées (ce qui était faux !), je redescends, je me calme. Et je retrouve le sommeil pendant au moins sept heures.

 

Malgré cette nuit plutôt encourageante, finalement, je ne peux pas m’empêcher de lire divers forums, divers témoignages, tous plus anxiogènes les uns que les autres.

Je cogite sans cesse, avec des si et des si… ? Et si ça ne part pas ? Et si finalement je suis obligé d’être dépendant au Xanax pour dormir ? Et si malgré mes acouphènes qui ne m’empêchent pas du tout de dormir, c’est eux qui auraient un effet… ?

Des gens prennent des médicaments et autres pendant des dizaines d’années et pourquoi pas toi ? Pourquoi ça serait différent ? Regarde voir un coup, les effets du manque de sommeil dévastateur sur le long terme. Mon cerveau carbure toute la journée avec ce type de réflexion anxiogène.

Ajoutez à cela que j’ai des sentiments de « gonfler » mes proches, ma petite amie qui pense que j’exagère et que c’est dans la tête « non mais c’est bon tes histoires d’insomnie, tu n’as pas vécu de drame, pas la mort d’un proche, d’un enfant tu exagères… » mon père quand je lui raconte A tendance à s’énerver « tu vas te rendre malade avec tes histoires à force et pour de vrai !!! », « Il y a plus grave dans la vie »

Enfin voilà, pour conclure cette première partie voici le schéma Émotionnel, classique d’une de mes journées- 

Le matin un peu triste confus, déprimé limite si la nuit a été très mauvaise- 

L’après-midi, je reprends espoir, je suis plein de bonnes intentions, bien décidé à ne pas me laisser abattre, je relativise.

Le soir - c’est vers 18 heures que les angoisses recommencentréellement, l’appréhension du lit, de la nuit blanche. 

De ses heures entières à ne rien faire. Le stresse monte.

Quand je rentre un peu plus tard et que je vois les gens autour de moi dormir ça m’angoisse à déprimer encore plus je me dis je vais être encore seul à affronter cette nuit. Je les ai envie. 

 

Première démarche pour moi, pour sortir de ce cycle infernal, dès demain lundi arrêter tout forum d’histoiresanxiogènes ! 

Résister à la tentation d’aller vérifier tel ou tel symptôme 

Voir le dernier message

Ajouter un commentaire

Restricted HTML

  • Balises HTML autorisées : <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Replaces smiley icons paths left from non-multisite environment with new ones
7 commentaires
23/07/2022 - 12:04

Bonjour, comment ça va depuis ton dernier message ?

Ancien abonné Remercié (7) Très actif (30)
03/07/2022 - 19:32

Salut Cédric,

Je me reconnais dans plusieurs de tes descriptions. Je suis d'un naturel anxieux et j'ai envie de réussir au mieux ma vie.

J'ai l'impression que tu souffres surtout d'anxiété de performance. Plusieurs fois tu utilises ce terme d'ailleurs. Mes insomnies ont démarré de la même manière. Je voulais dormir bien pour avoir de l'énergie le lendemain au travail, pour assurer en vue d'un défi, et évidemment je n'ai pas bien dormi. Et là le cercle vicieux s'est activé. Stressé de pas avoir bien dormi = difficulté à s'endormir = moins de sommeil = stressé en journée etc etc

Je précise que ça a commencé en mars dernier, et certainement la conséquence d'un burn out professionnel. J'ai 32 ans et je n'avais jamais eu d'insomnies, sauf très ponctuelles (du genre la veille du Bac ou d'un truc important).

C'est vraiment terrible comme sensation et en même temps ça paraît ridicule pour les proches et l'entourage. J'ai la chance d'avoir un partenaire très compréhensif et des amis à l'écoute, ça aide beaucoup. Je n'en ai, en revanche, pas parlé à ma famille car je sais qu'ils réagiraient comme la tienne et que ça ne m'aiderait absolument pas, ça ne ferait que me culpabiliser.

À mon avis, il te faut vraiment te concentrer sur ton anxiété et arrêter les médicaments. J'ai lu des études qui montrent qu'ils ne servent vraiment à pas grand-chose. Dans certains cas je crois qu'ils réduisent le temps d'endormissement de 10 minutes environ - waouh ! Tout ça pour ça...

Personnellement, ce qui m'aide le plus c'est la méditation et les vidéos relaxantes sur YouTube du genre ASMR, hypnose avec chuchotements, etc. En fait, ça détourne le cerveau des pensées négatives/catastrophisantes/envahissantes et donc ça t'apaise. Évidemment, ce n'est pas non plus une baguette magique. Parfois (souvent) je me sens apaisé puis au moment où je sens le sommeil m'emporter, je prends conscience de ça et hop ça me réveille puis je m'énerve/je palpite et c'est perdu pour les 2 prochaines heures ahah

Un autre truc qui m'aide, c'est de contrer les pensées négatives par d'autres pensées relativisantes. Exemple : je ne dors pas, c'est terrible, je n'aurai aucune énergie demain pour faire les choses que je veux faire / oui, je serai probablement fatigué demain, mais je la prendrai plus cool et je serai tout de même capable de faire des choses satisfaisantes puisque l'expérience me l'a prouvé. Autre exemple : je ne vais pas arriver à m'endormir ce soir / même si je ne dormais pas, je n'en mourrai pas, je finirai bien par dormir un jour.

Bref, je ne dis pas que tout ça est miraculeux, loin de là. Je suis toujours pris dans mes insomnies mais de façon beaucoup moins sévères qu'au début il y a 3-4 mois. J'arrive désormais à comprendre mon problème et à entrevoir le chemin vers la solution, en essayant d'accepter que cela va prendre du temps. J'ai toujours des pensées qui me disent que j'aurai ce problème pour toute ma vie, parfois j'arrive à penser que non ce n'est pas vrai, parfois j'arrive à me dire que même si c'était le cas j'y arriverai comme d'autres vivent avec un diabète, un handicap ou autre. 

Tiens bon, tu n'es pas seul ! :) Tiens-nous au courant de ton évolution

Ancien abonné A lire (3) Actif (19)
26/06/2022 - 09:35

C'est l'idée, avec tout ce que tu mets en place tu vas réussir à calmer l'anxiété et donc à améliorer le sommeil. Par contre on ne m'enlevera pas de la tête qu'il y a un caractère très aléatoire au sommeil : comme tu le dis, certains jours je fais plus de sport que d'habitude, avec la même routine de coucher, mais je ne dors pas mieux voire je dors plus mal. Je pense qu'il faut accepter ça, il y a quelque chose de fataliste dans cette histoire. Même si on peut bien sûr améliorer la plupart des facteurs contribuants.

26/06/2022 - 08:59

Petite actualisation de ma situation depuis le 14 Juin.

14 : prise d’un anxiolytique, pourtant nuit blanche totale.

15: rebelote stress anxiété sensation thoracique nuit blanche totale.

16: s’en est trop, je reprends le sport tous les jours, mais je change complètement mon alimentation je privilégie le plus possible étant que le budget me le permet les aliments bio et non transformé ! Je commence des séances de méditation. Prise d’un anxiolytique et d’un somnifère,malgré les sensations thoraciques je dors à peu près 7h

17:beaucoup moins stressé en journée je tente donc de faire une nuit sans aucun médicament…..endormissement à 6h du matin pour me réveiller 20 minutes plus tard…. 

18:stressé anxieux plein d’appréhension je prends un somnifère un anxiolytique vers 22 heures pourtant je n’arrive pas à dormir avant 2h du matin

19:rendez-vous chez l’Hypnothérapeute.beaucoup moins stressé a priori et journée détente plage….pourtant impossible de dormir avant 6h du matin et levé à 7h… pessimiste…

20:malgré bonne nuit décevante barbecue en famille la journée le soir je souhaite casser le rythme avec un anxiolytique  et un somnifère 7h de sommeil.

21:ruminations désespoir je fais les 100 pas je prends finalement un anxiolytique vers 1h30 du matin je m’endors vers 2h

22:très peu d’anxiété durant la journée, je m’endors vers minuit avec une prise de mélatonine, J’ouvre les yeux deux fois à 1h et à 6h et me réveille complètement vers sept heures je suis optimiste.

23:beaucoup d’activités sportives en journée,méditation, pourtant impossible de dormir avant 4h30 du matinmême avec la mélatonine.

24:couché à 23h impossible de dormir avant 1h30 du matin pour me lever spontanément à 4h.prise de mélatonine.

25:calme détendu endormissement vers minuit avec un réveil à 4h du matin et un réveil total à 7h30 je suis optimiste prise de mélatonine.

rapide bilan des activités que j’ai mis en place: 

changement d’alimentation: Plus d’excitation plus de caféine quasiment plus aucun produit industriel…les résultats pour ce genre de choses se font sur le long terme.

acuponcture: malheureusement aucun effet sur moi.

Hypnothérapie:idem aucun effet sur moi, peut-être n’ai-je pas réussi à lâcher prise pendant la séance.

méditation:beaucoup de mal à ressentir des sensations,en revanche la respiration du diaphragme m’apaise légèrement.

Sport:c’est en quelque sorte ma bouée de sauvetage non seulement ça m’aide à me vider la tête mais ça me fatigue également

RTPL: malheureusement j’ai commencé à la mettre en place après une ou deux nuits blanches il m’était donc impossible la nuit suivante de respecter l’horaire de lever,je compte néanmoins me mettre sérieusement dans les jours à venir.

Therasomnia: je n’hésite pas à contacter les coaches psychologue du site, et en inscrire aux divers ateliers ! 

 

 

 

24/06/2022 - 21:09

Bonsoir, merci beaucoup de ta réponse et désolé de la réponse tardive malheureusement je n’avais pas vu le mail  m ´ indiquant une réponse. J’espère que de ton côté ça va mieux, que les nuits s’arrange ! En tout cas merci d’avoir pris le temps de me lire ! Et de me répondre 

24/06/2022 - 21:09

Bonsoir, merci beaucoup de ta réponse et désolé de la réponse tardive malheureusement je n’avais pas vu le mail  m ´ indiquant une réponse. J’espère que de ton côté ça va mieux, que les nuits s’arrange ! En tout cas merci d’avoir pris le temps de me lire ! Et de me répondre 

Ancien abonné A lire (3) Actif (19)
20/06/2022 - 08:17

Salut Cédric,

Rassure-toi, déjà, tu vis ce qu'on vit tous : la recherche irrationnelle de causes, de maladies qui expliqueraient ce qu'on ressent. D'après mon expérience, c'est simple : le manque de sommeil détraque tout, mais rarement dans des proportions graves/irréversibles. Exemple : j'ai aussi des symptômes désagréables côté thorax quand je ne dors pas bien, j'ai vu 2 cardiologues qui m'ont assuré que mon coeur allait très bien. Mon ostéo m'a dit que c'était sans doute musculo-squelettique plutôt que cardiaque. J'ai réussi à me convaincre de ça, depuis je fais beaucoup moins attention à mes épisodes de palpitations. Et donc ça va mieux. J'ai aussi régulièrement des douleurs abdominales quand je ne dors pas bien, idem, je sais que c'est juste mon corps qui est au bout et qui le manifeste, mais il n'y a pas de véritables causes. Moralité : Internet n'est pas ton ami :) empêche toi de chercher sans arrêt tel ou tel symptôme. Tu es fatigué, ton corps "gueule", mais en réalité tu n'as rien d'alarmant. Ça fait 6 mois que je me bats avec toute sorte de symptômes, j'en sais quelque chose. J'ai passé à peu prés tous les scanners/échographies/prise de sang qui existent, rien !

Concernant les médicaments, tu le dis toi-même : parfois tu fais une bonne nuit avec, mais parfois ça ne marche pas. Donc en réalité, tout est lié à notre mental. Quand j'ai réalisé ça, j'ai progressivement lâché les somnifères. Maintenant, j'ai toujours une petite dose d'anxiolytiques à dispo si besoin, mais je n'en prends que quand vraiment il est 3h du mat' et que je ne me sens pas fatigué. Donc très ponctuellement.

Avec les semaines et le programme, tu vas apprendre à relativiser, et le sommeil va revenir avec. Alors ce ne sera pas parfait, moi ça fait 3 mois que j'ai commencé, j'ai des hauts et des bas, ça dépend des semaines, mais je sais mieux faire face durant la journée.

En tout cas courage à toi, ça va aller mieux, tes symptômes ne sont pas graves, tu ne seras pas addict aux médicaments si tu ne le veux pas, et sache que quand tu ne dors pas au milieu de la nuit, on est pas mal à être dans le même cas au même moment en France malheureusement hehe.

 

 

X