Grosse rechute après 8 mois de RTPL...

valerie66
Abonné

Et bien voilà j'ai crié victoire trop tôt...

Je fais une grosse rechute, impossible de m'endormir sans zolpidem depuis quelques jours. Cette nuit j'ai du dormir 3H alors que je faisais 7H dernièrement...

Du coup j'ai décalé mon heure de coucher à minuit/6H mais rien à faire malgré la fatigue, la somnolence, arrivée au lit je ne m'endors pas naturellement. C'est très déstabilisant après 8 mois de RTPL et 4 mois de sommeil retrouvé...

Je vais reprendre la relaxation et la pleine conscience, mais je n'ai pas de source de stress particulière qui pourrait expliquer cette rechute.

J'étais en train de me sevrer du lexomil (de 1/4 je suis passée à 1/8 le soir) est-ce que c'est cela ?

Je suis dégoutée là...

Commentaires

jessmma24
Abonné

Coucou Valérie, 

C'est drôle, je viens de tomber sur ce message en cherchant le mot-clé "rechute"... même chose pour moi. 

Est-ce que ça ne pourrait pas être la chaleur ? 

Pour le lexomil, ça me semble étrange vu la dose infime, mais il est vrai qu'il faut réduire de plus en plus doucement sur la fin donc peut-être.
 

valerie66
Abonné

Coucou Jessma,

J'ai bien pensé à la chaleur... Mais début juillet il a fait très chaud et ça ne m'a pas gêné... Pour le lexomil, je suis passé à 1/8 depuis le 23 juillet, alors c'est peut être ça...

Hier soir j'ai tenu jusqu'à minuit, et je somnolais vraiment mais arrivée au lit, plus moyen de m'endormir, comme au début de la thérapie, quelle galère...

Et toi ? tu as identifié la cause ? j'ai lu que parfois on peut rechuter sans qu'il y ait de cause, il faut  juste être patiente et reculer son heure de coucher, alors wait and see !!

loic88

Coucou Valérie,

Il est vrai que la chaleur et la réduction de l'anxiolytique sont 2 causes potentielles d'un rebond d'insomnie. Mais parfois il y a une rechute sans qu'on puisse trouver une explication.

En tous cas le plus important c'est garde le moral, il faut laisser passer cette phase un peu difficile, maintenant que tu connais bien les mécanismes de l'insomnie et  ce qui marche et ne marche pas pour toi, ça va aller. 

Je crois que quand on devient insomniaque, on ne guérit jamais vraiment définitivement parce qu'on a toujours une petite appréhension dans un coin de notre tête donc même des années après ça peut rechuter mais l'important est de savoir comme réagir quand il y a rechute, resserrer son créneau de sommeil et les choses s'arrangent vite parce qu'on a déjà expérimenté tout cela.

valerie66
Abonné

Coucou Loic,

Oui tu as raison on reste fragile... d'ailleurs ma psy du sommeil me l'a dit et redit : pour m'endormir sans probleme j'ai besoin d'une grosse pression de sommeil, si je rajoute trop de temps passé au lit : rechute !

J'étais à 22H30 - 06H00 c'était plutôt confortable mais petit à petit j'ai "usé" ma pression  de sommeil je pense.

Là je suis repartie à minuit- 06H00 et pour l'instant je croise les doigts... ça à l'air de marcher... par contre pas mal de somnolence dans la journée, je dois lutter contre les siestes surtout avec la chaleur c'est dur !! J'ai trouvé un truc très efficace : les écrans ! Autant on les bannit le soir, autant on peut les utiliser contre la somnolence diurne...

Pour le lexomil le bout qui reste est tellement petit... je ne pense pas que ce soit ça. La je flippe un peu car je pars en voyage avec un décalage horaire de 7H je vais essayer de gérer...

Et toi Loic ca va mieux ?

loic88

Coucou Valérie,

Je pense pas que tu ai "usé" ta pression du sommeil parce que ça devait faire un bon moment que tu étais sur ce créneau 22H30-6H donc c'est qu'il te convenait très bien et qu'il te conviendra encore certainement à l'avenir. Mais en ce moment tu as certainement besoin de serrer la vis pour te rassurer puisque ton problème est l'endormissement. Je ne pense pas non plus que le Lexomil soit en cause, si c'est le cas le rebond d'insomnie doit être très temporaire (quelques jours).

De mon côté, oui ça va globalement mieux depuis le début du mois de Juillet, je reste là sur 12 "bonnes" nuits, je mets des guillemets parce que mon sommeil reste court et saccadé (4-5H avec en moyenne 3 réveils mais pas de souci pour se rendormir) mais je n'ai quasiment plus de difficultés d'endormissement et je suis bien en journée ce qui est le signe d'un sommeil suffisant, je n'ai plus besoin de somnifères. La RTPL marche partiellement on va dire, je suis toujours sur un créneau 0H-6H comme toi actuellement mais pour moi c'est presque trop par rapport à mon besoin de sommeil actuel, du coup la pression du sommeil reste très modérée, cependant la relative régularité des horaires de coucher et lever m'aide bien même si je m'autorise quelques entorses pendant les vacances.

valerie66
Abonné

Coucou Loic 

ca fait plaisir de voir que tu vas mieux ! tu as bien baissé ta conso de médocs super ça aussi... Si la RTPL agit en qq semaines pour certains, il faut parfois qq mois pour d'autres, ne te décourage pas continue comme ça ! peut être faut il que tu resserre ton créneau de sommeil d'une demi heure ? (00H30 - 6H du coup) pour éviter les réveils la nuit ? tu sembles être un petit dormeur ?

Je suis toujours sur minuit - 6H et la nuit dernière j'ai très mal dormi, à cause d'un comprimé au Nurofen 400 que j'ai pris car j'avais mal à l'épaule vers 23H... (à cause du sport lol). Résultat : une pêche d'enfer à 3H je ne dormais toujours pas ! J'ai remarqué que je deviens hyper sensible au médocs le soir ! Pareil je ne peux plus prendre de rhinadvil (contre le rhume) le soir car sinon nuit blanche ! Donc je me méfie de tous les médocs ... Je m'autorise parfois à me lever à 7H (comme hier, vu la courte nuit) mais j'évite car je sais que je vais le payer tôt ou tard...

Cette période d'insomnie m'a fait réaliser qq faits (grace au programme !!) :

- Je n'ai plus besoin de dormir 9H pour être en forme, 6H30 suffisent,

- Attention aux médocs le soir, méfiance !

- Je peux m'autoriser une courte sieste (15 mn maxi) vers 13H,

- Pas de problème pour prendre des somnifères pendant qq temps, avec la RTPL et le programme on arrive à se sevrer,

- ne pas avoir peur de la fatigue du début, elle est transitoire,

- Je me couche tard et me lève tôt = je fais bien plus de choses !

loic88

Coucou Valérie,

Oui j'hésite éventuellement à resserer le créneau d'une demi-heure, faire 0H-5H30 ou 0H30 - 6H, ça pourrait effectivement diminuer mes réveils nocturnes mais c'est vrai qu'en dehors de ça le créneau actuel me convient bien, me permets de pas être trop fatigué donc je sais pas si c'est judicieux de se restreindre plus. Je vais voir si je continue à progresser ainsi et sinon peut-être que je testerai une fenêtre de 5H30. De toute façon cette fenêtre est théorique parce que dès fois je ne la respecte pas totalement notamment le week-end et en vacances où ça m'arrive de me lever qu'à 7H voire 8H. Dès fois je me couche aussi à 23H30 ou plus tardivement à 1H. J'essaie quand même d'être régulier mais y'a forcément de l'imprécision sinon ça devient trop contraignant.

Sinon tes constations sont judicieuses

- effectivement je me suis rendu compte que le temps de sommeil ne détermine pas forcément la forme du lendemain, encore moins le temps passé au lit.

- je ne sais pas pour les médocs, je n'aime franchement pas la médication, j'ai pris des somnifères parce qu'à un moment j'avais pas trop le choix mais mon 1er objectif était d'arrêter dès que possible. Sinon je suis du genre à prendre qu'un doliprane tous les 6 mois ^^

- une courte sieste en début d'après-midi c'est effectivement très bien parce que moi aussi j'ai toujours un petit coup de barre après manger encore plus en ce moment avec la chaleur mais perso je n'ose pas pour le moment, ma pression de sommeil reste assez fragile et j'ai envie de la garder intacte pour le soir. Mais une fois que tu as un bon rythme, rajouter un petit temps de sieste c'est presque mieux que de se coucher un peu plus tôt le soir.

- d'accord pour les somnifères, ils sont très efficaces pour composer avec l'insomnie initiale et prendre le rythme mais il ne faut pas compter s'en servir plus que quelques jours ou quelques semaines, c'est peine perdue, l'efficacité diminuera forcément et ça deviendra contre-productif d'en prendre.

- je n'ai pas franchement expérimenté la fatigue de la RTPL parce que j'ai eu du mal à la mettre en place, j'ai eu 2 épisodes de grosse fatigue mais dues à une accumulation de mauvaises nuits au début, pas à la RTPL.

- oui c'est agréable d'avoir plus de temps le matin. Moi le soir je me couchais jamais avant minuit, ça change rien à ce niveau mais se lever à 6H plutôt qu'à 8 le matin ça a des bons côtés, on prend son temps le matin, je peux même aller courir avant le boulot à la fraîche 3x par semaine c'est très agréable.

jessmma24
Abonné

Bonjour à tous, 

Oui Valérie, je pense que je connais la cause de la rechute...j'étais en retard pour rendre un projet et ça m'a stressé quelques jours.

Félicitations pour tous vos progrès et votre détermination !

ça progresse aussi de mon côté malgré les quelques rechutes liées au stress, je ne prends plus que moins de la moitié d'un comprimé de somnifère (bientôt un quart dans deux jours) et je dors environ 7h avec un endormissement rapide en ce moment. 
La plus grande difficulté maintenant va être de ne pas rechuter dans une période assez incertaine (reprise d'activité, déménagements). 

loic88

Bravo à toi également pour tes progrès.

Si tu prends des somnifères depuis un moment, tu as raison d'arrêter parce que passé quelques semaines, les somnifères deviennent de moins en moins appropriés. Tu as raison aussi de diminuer très progressivement les doses pour éviter l'effet rebond trop important. Si tu prends depuis pas mal de temps au dosage actuel, n'entreprends pas une réduction de dose pendant une période incertaine et fatiguante, mieux vaut poursuivre à posologie identique dans ces moments là parce que le risque de rechute est double et l'effet rebond pourrait engendrer une fatigue accrue à un mauvais moment.

Courage en tous cas, il faut positiver sur chaque progrès et relativiser chaque rechute, c'est la clé pour s'en sortir.

jessmma24
Abonné

Merci ! 

J'en ai pris pendant des années (manque de temps pour chercher une solution + études stressantes = pas le bon moment pour sortir de l'insomnie...). Chez moi, étrangement,  ils ont fonctionné longtemps, ils n'ont perdu de leur efficacité qu'au cours de ma dernière année d'étude.

Pour le sevrage, en huit mois, je suis passée de 30 mg à 2.25 mg, j'ai pris quelques effets rebond au début effectivement où je faisais de grandes diminutions, mais maintenant ça va. 
Je ne vais pas cracher sur ces médicaments parce qu'ils m'ont aidé à vivre "normalement" quand je ne savais pas comment traiter l'insomnie, mais effectivement si vous pouvez faire sans c'est mieux, ne serait-ce que parce que le sevrage allonge énormément le processus de guérison... 

Merci beaucoup, courage à toi également. Oui, c'est sûr, combattre la peur de ne pas dormir en relativisant c'est sortir de l'insomnie ou en limiter ses dégâts mais c'est aussi le plus dur ! 

Haut de page 
X