Je ne crains plus d’aller au lit et j’ai regagné des heures de sommeil ! - 17052019

A039.enniocoz
Abonné

Bonjour,

J’aimerais partager avec vous mon expérience Therasomnia et j’espère qu’il redonnera confiance aux personnes qui sont en train de réaliser leur programme et qui parfois doutent de réussir.

J’ai toujours été de nature anxieuse, tant dans ma vie professionnelle, j’ai été chimiste pendant près de 35 ans, que dans ma vie familiale, ceci étant dû en grande partie à une enfance difficile.

Aujourd’hui, je vais avoir 85 ans et je n’ai aucun problème dans ma vie de couple, je suis entouré d'enfants et de petits enfants aimants et attentionnés. Je ne m’attendais donc pas à rencontrer des problèmes.

Il y a trois ans, j’ai commencé à avoir des pertes de sommeil : endormissement facile puis éveil précoce, des nuits de 2 à 3 h de sommeil véritable. J’ai résisté longtemps, puis un beau jour, j’ai craqué : crises d’angoisse à répétition, ruminements incontrôlable, je n’étais plus maître de mes pensées et de mes agissements.

J’ai tout essayé, antidépresseurs, somnifères, thérapie psychiatrique, sophrologie, laboratoire du sommeil… Rien à faire ! La seule réponse trouvée a été que je n’avais pas de problème et que mes insomnies étaient d’ordre psychologique principalement.

C’est dans un laboratoire du sommeil que j’ai découvert Therasomnia, je me suis rendu compte par la suite que ma mutuelle, la MACIF, me proposait le programme.

Je me suis donc inscrit à la méthode et je l’ai suivi scrupuleusement et avec rigueur. Je dois dire que j’ai connu, surtout au début, des périodes extrêmement difficiles, car le principe de base est la privation volontaire et contrôlée de sommeil accompagné d’exercices divers qui mènent à plus ou moins long terme à une reconstruction du sommeil.

J’ai donc suivi les attitudes préconisées, au lieu de tourner en rond dans mon lit, je me suis levé, pour lire ou faire une séance de sophrologie, yeux fermés pour éviter la lumière bleue des écrans. Au bout de deux mois et demi, j’ai commencé à ne plus craindre d’aller me coucher avec la certitude de me réveiller trop tôt. Et puis, ayant regagné du temps de repos, le reste est revenu plus vite que je ne le pensais, y compris une certaine sérénité et une diminution de mes médicaments des deux tiers !

Je n’ai pas retrouvé encore une vie tout à fait normale, mais mes manques de sommeil occasionnels ne m’affectent plus, je vis mieux au jour le jour.

Pour en arriver là, j’ai consacré du temps au programme, mais je ne regrette rien.

Bon courage à tous dans la suite du programme, ne baissez pas les bras, cela peut paraître difficile au début, mais, croyez-moi, cela en vaut la peine !

Haut de page 
X