S'endormir devant la télé - le 03/05/2018

loic88

Coucou à tous,

En ce moment je suis dans un passage difficile, j'essaie de stopper les médicaments du coup le sommeil est forcément plus compliqué et surtout l'endormissement, notamment le 1er endormissement.

J'essaie d'appliquer la méthode enseignée de contrôle du stimulus, j'attends la somnolence en lisant un livre par exemple mais quand je pars dans la chambre et me met au lit, après je ne m'endors pas, dès que je me mets au lit en ne faisant plus rien j'ai l'impression que je repasse en mode éveil, ça doit simplement être le fait que j'angoisse du fait de ne pas arriver à m'endormir.

Ces dernières nuits pour m'endormir, soit j'ai commencé la nuit directement dans le canapé après une lecture pour ne laisser aucun temps à mon esprit de repasser en mode éveil. Soit je m'endors toujours dans le canapé volontairement ou involontairement en regardant la télé, c'est la façon la plus simple de m'endormir en ce moment parce que même si regarder un écran est déconseillé, pour ma part ça m'occupe l'esprit et finit par me bercer. C'était le cas cette nuit et après avoir commencé la nuit dans le canapé, j'ai pu rejoindre mon lit vers 4H et ai continué ma (courte) nuit sans problème puisqu'une fois qu'on a dormi un peu, je n'ai pas trop de soucis pour me rendormir, mon esprit n'est alors certainement plus réceptif aux signaux d'éveil.

J'ai l'impression d'être un peu à rebours des conseils donnés, j'essaye d'appliquer la RTPL, c'est dur de se lever à 6H mais j'essaie de m'en rapprocher, aujourd'hui je suis sorti du lit à 6H30. Mais le fait que seul le lit doit être utilisé pour dormir et qu'il convient de faire ses activités relaxantes dans une autre pièce pour le moment ça me pose sérieusement problème. En tous cas sans l'aide de cachets je galère grave et ce malgré la pression du sommeil qui est bien là.

Peut-être que les techniques de relaxation abordées les prochaines semaines m'aideront à trouver l'endormissement mais en attendant c'est vrai que c'est dur, j'ai l'impression de devoir choisir entre :

- continuer l'arrêt des médicaments (anxiolytique) et compter seulement sur le sommeil naturel en ne respectant pas une parfaite hygiène de sommeil

- reprendre temporairement les médicaments et améliorer cette hygiène de sommeil

- continuer l'arrêt des médicaments mais respecter les conseils quitte à devoir supporter plus de nuits blanches ou quasi blanches

Les nuits blanches ça pèse sur le moral et aussi sur l'angoisse de mal dormir qui entretient l'insomnie et les médicaments ça crée vite de l'accoutumance et de la dépendance, c'est pour ça qu'en ce moment je sacrifie un peu les bonnes pratiques sur l'endormissement. C'est vraiment difficile, tout cela est purement psychologique pour moi, je me pose trop de question sur ma capacité à m'endormir naturellement.

Commentaires

jessmma24
Abonné

Bonjour Loïc, 

Je comprends parfaitement ce que tu dis, j'en suis un peu au même point. Je me suis rendue compte que faire le sevrage et la RTPL de manière stricte me mettait trop de pression et devenait contre-productif (pas encore le courage j'imagine) ... surtout que mon anxiété est tellement forte qu'elle ruine ma pression de sommeil.
Du coup, je préfère pour le moment essayer d'agir sur l'anxiété en journée en trouvant les bons outils pour réguler le stress. Je suis les conseils de base en matière d'hygiène du sommeil et tente de ne pas me coucher trop tôt/lever trop tard. Jessaie de voir jusqu'à quel point je peux diminuer ma dose de somnifères aussi (trois quart d'un comprimé depuis un mois). J'espère qu'une fois mon stress mieux géré, je trouverai le courage d'appliquer plus strictement la RTPL pour finir le travail. C'est difficile de gérer autant de paramètres... 

Bon courage !

loic88

Bonjour jessmma.

J'ai eu la même réaction que toi au lancement de la RTPL, ça me faisait un peu peur de planifier une heure de coucher et surtout une heure de lever fixes du coup je préfère m'y mettre progressivement. D'abord en essayant de réguler mon heure de coucher entre 23h30 et minuit et ensuite en définissant une bande d'une heure pour le lever (6-7H) plutôt qu'une heure fixe, je ne respecte pas tout à fait le créneau défini par la RTPL mais je pense que c'est déjà un bon début et mieux que rien pour commencer.

Moi aussi appréhender le stress et l'anxiété est un gros enjeu. Je remarque que les mauvaises nuits rendent plus anxieux le lendemain mais que le fait de ne pas se sentir anxieux ne garantit pas pour autant une bonne nuit donc c'est compliqué tout ça. Encore hier je me suis senti très somnolent dès 21h30, le problème c'est que vers 23h30 - minuit au moment du coucher plus de somnolence, je me suis donc mis encore sur le canapé en regardant la télé, meilleure façon pour moi de retrouver un état somnolent et du coup je me suis endormi, j'ai encore fait la 1ère partie de la nuit sur le canap avant de terminer au lit. Moi ça me dérange pas mais c'est peut-être pas la meilleure façon de récupérer un sommeil réparateur et continu.

Pour gérer l'anxiété et notamment l'anxiété de performance, j'ai pas encore trouvé de solution miracle mais le sport (jogging et natation) fait du bien, je fais aussi un peu de méditation. J'attends les techniques enseignées dans l'étape 4 pour voir si ça peut m'apporter aussi.

Courage à toi

evalou

Hello Loic et jess, 
Pour moi la méditation marche bien, je ne m'en passerai plus ! Ca m'aide dans mon quotidien, à tout point de vue, même en dehors du sommeil. Le sport permet de mieux vivre ses émotions, alors oui je pense que ça joue sur l'anxiété. La psy me disait aussi qu'il fallait essayer de prévoir un temps pour soi / jour, des sas de décompression, sinon on risque de rester sous tension tout le temps alors qu'on a besoin de souffler, de décompresser. 
Nager m'apaise beaucoup moi, tout comme être au soleil ;). A chacun de trouver ses trucs j'imagine. Mais la méditation est une des clés, j'en suis sure. Les résultats sont jamais du jour au lendemain, mais avec le temps, alors persévére et tu noteras une diminution nette de ton anxiété !!! 

A bientôt 

anna80

Pr moi je dirais 1/ méditation 2/ soleil (comme eva!) 3/ bain 4/ balade en forêt 5/ danser 6/ une bonne rigolade 7/ SAS de décompression. 

Il n'y a pas d'ordre, j'ai noté au fur et à mesure ce qui me venait. Mais il est sur que ces éléments permettent de diminuer mon anxiété et de mieux vivre mes émotions. Dans ma journée, il me faut au moins deux de ces éléments. Si j'ai les 7 c'est évidemment le TOP, mais c'est rare. Méditation = tous les jours pr moi ! 

DL-22-02
Abonné

La période de RTPL est toujours une étape difficile surtout lorsque les horaires proposés sont contraire aux habitudes. Encore plus si vous êtes un "traîne au lit".

Le sevrage additionné à la RTPL c'est un sacré défi. Déjà soyez fier de vous car mener les deux de fronts demande beaucoup d'efforts et de volonté. J'ai eu la chance d'effectuer mon sevrage bien avant la TCC et je n'ai pas oublier ces 5 mois de galère pour enfin me libérer de la prison des benzos.

Ma première RTLP s'est passé comme pour vous. Angoisse, stress, tension à son maximum au moment d'aller au lit. Respecter les horaires, n'aller dans la chambre que pour dormir (moi qui aimais regarder la télé dans le lit), ne pas pratiquer d'écran (smartphone mon amour), bref j'ai eu une part de ses effets. Les somnolences en bas sur la canap, devant la télé ou devant un livre, une BD, un manga, devant même l'écran du smartphone mais devoir lutter pour attendre son heure. Aller épuiser au lit et ruminer ses idées sans s'endormir complètement. Je me retrouve dans vos témoignage énormément.

Aujourd'hui, j'ai perdu certaines habitudes par rapport à ma première TCC mais j'en ai repris de mauvaises que je vais devoir de nouveau contrôler dans mes prochaines étapes. Je vous le cache pas ça m'angoisse. 

Tout ce qui vous est proposé comme outil peut vous convenir ou pas. Méditation, relaxation, exercice tout dépend de votre personnalité et votre insomnie. La relaxation de pleine conscience n'a jamais été un bon outil pour moi et pour cause, pratiquer en journée, je m'endormais pendant (alors que je devais pas ( ^_^)). Par contre des exercices de respiration m'ont bien aider pour favoriser un endormissement en canalisant mon angoisse et mes mauvaises pensées. 

Il n'y pas de recette miracle juste besoin de garder l'esprit ouvert et tenter divers expérience de relaxation pour lutter contre l'angoisse. Même si la forme peut-être étrange (je sais pas moi par exemple aller bichonner vos pied de tomate 5 minutes, allez causer à votre poisson rouge), l'important c'est que cal vous aide et vous soulage. 

Plein de courage à vous ( ^_-)*

jessmma24
Abonné

Alors sevrage + RTPL + projet de thèse à préparer...comment dire...^^ 

Le sevrage s'est bien passé jusqu'à 3/4 (je dormais 7-8h), mais je suis descendue à 1/2 il y a une semaine et là ça devient difficile... Je mets entre 2 et 4h pour m'endormir, pleins de réveils, le stress qui revient du coup... =/ 

Bon courage pour cette reprise de RTPL, en espérant que cela vous aide durablement (et que cela soit un peu moins angoissant que la première fois =) ).



 

DL-22-02
Abonné
mar 26/06/2018 - 09:48

Alors sevrage + RTPL + projet de thèse à préparer...comment dire...^^ 

Ohlala.... ( °_°) Bonjour le méga cumul.

Beaucoup de courage pour toi car ce que tu traverses ne doit pas être évident.

Se débarrasser d'une molécule par palier ça peut paraître simple quand on l'évoque mais en vrai c'est très difficile. Je me rappelle avoir coupé en tout petit bout les comprimés pour réduire au minimum la quantité de chaque changement de palier de dosage. On en voit pas le bout que ce soit en matière de temps que d'effets rebonds.

Mais il faut reconnaître que d'arriver à s'extraire de ces médicaments c'est une des meilleures choses possibles.

Plein de courage ( ^_^)/

Et sinon ta thèse, elle est quand même pas sur le sommeil ( °_° ?

jessmma24
Abonné

Merci beaucoup ! =)

Honnêtement, je pense que ça ne va pas le faire pour le projet de thèse à cause de ma grande fatigue mais au moins j'aurais essayé.
(Malheureusement, c'est du droit donc elle ne porte pas sur le sommeil non ^^ )

C'est vraiment décourageant le processus de sevrage... 
Et comment, là-dedans, gérer le stress quand il empêche de dormir sans pour autant remonter la dose, là est la grande question. =/ 
Félicitations pour le votre !
 

DL-22-02
Abonné

Je me doute bien que cela va être très dur de tout concilier. ( -_-)

Pour le stress les comprimés ne t'aideront pas vraiment et c'est ça le pire. Ce que calme vraiment l'augmentation de la dose c'est l'effet rebond à savoir l'agravation du symptôme de manque avec un retour violent de l'insomnie.

Pour le stress, il n'est qu'un adjuvent, un lot bonus qui se nourri de tout ce qu'il peut trouver et tu as de quoi le nourrir... (Et quelle idée du droit aussi ( ^_^) )

Je te fais part de tout mon soutien pour y arriver. Tes félicitations me touchent mais c'est loin derrière ( ^_^) ( deux ans).

Pour le stress chacun sa méthode (sofro, méditation, yoga, peinture, ramassage de coquillages, coloriage, sculpture sur savon, etc...), y a pas de solution miracle, il faut essayer en gardant l'esprit ouvert. La seule chose unilatéral qui fonctionne souvent chez tout le monde c'est d'éviter de trop anticiper les problèmes. On finit par se fabriquer un avenir bien loin de la réalité en se projetant dans les catastrophes.

C'est très beau de parler la bouche remplit de conseil tu vois ? ( ^_^)
C'est bien plus facile que de les appliquer soi-même ( ^_-)*

Anybref, mon plus grand challenge va être de suivre la thérapie jusqu'au bout et surtout (pour moi) de retrouver ce début de mieux que j'avais connu avant de tout lâcher.

Comme disent les japonais : Gambatta ne ! (courage !)

jessmma24
Abonné

Disons que si les comprimés n'aident pas pour le stress, ils suppriment au moins la conséquence immédiate de ce dernier, à savoir la privation de sommeil. 

L'anticipation est mon gros problème justement. ^^

Je crois que mon sommeil commence enfin à se stabiliser face à la nouvelle dose de somnifères... hallelujah ! 

Quels sont les horaires prévus par votre RTPL ? :) 

Marcus30
Abonné

Courage ! je suis débutant, mais c'est vrai que ça n'a pas l'air évident de se sevrer des médocs ... Je pense qu'il ne faut pas trop se précipiter, non ? Surtout s'il y a une thèse en cours, ça fait beaucoup je pense. Concetre-toi sur ta thèse plus sur le programme et essaie d'oublier le sevrage, il viendra dans un second temps. 

Tout mon soutien ! 

Marcus30

DL-22-02
Abonné

Je ne suis pas encore arrivé à la RTPL ( ^_^)

Je dort déjà très peu, il est probable qu'elle se base sur mon temps réel de sommeil entre 1h et 5h 30 du matin. Je vais surtout pas avoir le droit d'aller m'allonger avant et pas le droit de traîner même 5min dans le lit une fois réveillé.

Je ne craignais pas cette étape il y a quelques jours mais j'ai une grosse baisse générale et je commence à en avoir peur.

jessmma24
Abonné

Hum...c'est plus l'inverse, j'essaie de me concentrer sur la progression de mon sommeil. J'ai longtemps mis de côté le problème de sommeil pour me focaliser sur les études et ça m'est retombé dessus en m2 quand la tolérance aux cachets est arrivée et que je ne dormais plus même avec ces derniers (ce qui a failli me coûter mon année). Pas envie de revivre ça. x) 

Outch, je comprends... C'est peu en effet. Bon courage ! :) 

 

DL-22-02
Abonné

Merci beaucoup ( ^_^)

Le bon côté de la chose (comme le disait le doc à la sortie de mon étude de sommeil) c'est que quand ça se passe bien, les 4h ou je dors, c'est profondément, je récupère vraiment. Raison pour laquelle je tiens toujours debout après toutes ces années. Comme quoi, parfois, le corps s'adapte comme il peut.

C'est toujours difficile de concilier santé et vie perso/pro/étude. Il y a pas de solutions miracles malheureusement.

Je te souhaites d'arriver au mieux à un équilibre qui te permette de ne pas finir sur les rotules. ( ^_^)

jessmma24
Abonné

C'est déjà ça. :) 

Merci =)
 

Haut de page 
X