Mieux dormir pour mieux travailler

Article
0
Zoom sur les conséquences du manque de sommeil (2302)

D’après une récente étude du cabinet Tecnologica, les français travaillent trop : 3 millions d’entre eux risquent le burn-out, appellé aussi le « syndrôme d’épuisement professionnel ». En subissant trop de pression, votre vie entière est affectée : qualité de votre travail, vie de famille, qualité du sommeil… Et si vous commenciez par mieux dormir pour mieux travailler ?

Le burn-out est un mal récemment individualisé, très caractéristique des nouvelles exigences du monde du travail. Le contexte d’urgence, la quête sans fin de performance et de rentabilité, la peur de l’évaluation sont montrés du doigt comme les premières causes du syndrome d’épuisement professionnel. Dans tout ce stress, on se perd à petit feu entre troubles physiques, émotionnels, affectifs, comportementaux… Causé par le travail, il est aussi la raison d’un travail de moins bonne qualité. Pour mieux travailler, il ne vous reste plus qu’à aller dormir.

Apprendre en dormant

Les écoliers le savent : il peut être très bénéfique de revoir ses leçons avant d’aller au lit, au réveil, elles seront acquises. Et l’on dit parfois que la nuit porte conseil : l’adage n’est pas faux, il est prouvé scientifiquement. Pendant le sommeil, le cerveau emmagasine, trie, organise les acquissions conscientes ou inconscientes de la journée. La plasticité cérébrale peut s’exercer et se renforcer, les mécanismes de mémoire utilisés dans la journée seront eux aussi plus forts. Rien ne sert alors de s’attarder sur un travail pénible, stressant, auquel on ne trouve pas de solution : allez vous coucher !

Sommeil et travail: la qualité contre la quantité

Soyez attentifs à la qualité de votre sommeil : elle est préférable à la quantité. Ce n’est pas parce que l’on dort beaucoup que l’on dort bien, et alors que parfois, on a beaucoup dormi, l’efficacité n’est pas forcément au rendez-vous. Un sommeil de qualité respecte chacune des phases – sommeil léger, sommeil lent, sommeil paradoxal -, et chacune des phases joue un rôle dans les mécanismes d’apprentissage. Etonnamment, le cerveau parviendrait même à sélectionner les acquisitions à faire par ordre de pertinence pour leur utilisation future.

Un système de nettoyage

Un bon sommeil est aussi celui qui nettoie les déchets de l’activité cérébrale en journée. Il nettoie le cerveau et agirait ainsi sur la prévention de maladies neurologiques, notamment des maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer. En commençant par respecter vos rythmes circadiens, vous dormirez mieux, pour travailler encore mieux !

Article
0

JE FAIS LE POINT SUR MON SOMMEIL EN 4MN

Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Dans la même série

Dans la même rubrique

Tous les articles de la rubrique
Haut de page 
X