Tout savoir sur l’insomnie

Article
0
Tout savoir sur l’insomnie

En France, on estime que plus d'une personne sur trois souffre d'un mauvais sommeil. L'insomnie est donc beaucoup plus répandue qu'on ne le pense, et peut prendre différentes formes. Faire l'expérience d'une mauvaise nuit ponctuellement est gérable, mais lorsque cela devient trop fréquent, les conséquences sont difficiles à supporter. Pour retrouver des nuits apaisées, il faut d'abord savoir de quel type d'insomnie on souffre. Afin de mieux comprendre votre trouble du sommeil, voici en détail la liste des différentes insomnies et les moyens de les traiter.

Qu'est-ce que l'insomnie ?

Selon l'ICSD-3, la dernière Classification Internationale des Troubles du Sommeil datant de 2014, l’insomnie est définie comme « un trouble concernant l’initiation du sommeil, sa durée, son maintien ou sa qualité, survenant en dépit d’occasions et de circonstances adéquates au sommeil et ayant pour conséquence une altération du fonctionnement diurne de l’individu ». L’insomnie peut être aiguë (insomnie à court terme ou d’ajustement) ou chronique quand elle dure depuis trois mois ou plus et se répète au moins trois fois par semaine. Parmi les altérations possibles du fonctionnement diurne consécutives à l’insomnie à court terme ou chronique, on trouve :

  • Les troubles de l'attention, de la mémoire ou de la concentration ;

  • Une fatigue ou un malaise ;

  • Un dysfonctionnement social ou professionnel ;

  • Une irritabilité, des troubles de l'humeur ;

  • Une somnolence diurne ;

  • Une diminution de l'énergie ;

  • Une propension aux erreurs et un risque d'accidents en cours de la journée ;

  • Une céphalée de tension ;

  • Une anxiété de mal dormir.
     

Il n'y a pas de traitement standard de l'insomnie, mais des traitements propres à chaque type d'insomnie.

Les types d'insomnie

On distingue aujourd’hui l’insomnie à court terme et l’insomnie chronique.

L’insomnie à court terme

Le caractère essentiel de l’insomnie à court terme est une difficulté transitoire à trouver ou à maintenir le sommeil, responsable d’une plainte de sommeil. Cette plainte est accompagnée d’un certain degré de désarroi ou de gêne familiale, sociale, professionnelle, académique ou touchant d’autres domaines de la vie quotidienne. De plus, le trouble du sommeil et les symptômes diurnes qui l’accompagnent surviennent en dépit de conditions adéquates pour dormir. L’insomnie à court terme peut être isolée ou associée à un trouble mental, organique ou à l’utilisation d’une substance. Dans de nombreux cas d’insomnie durant moins de trois mois, une cause de déclenchement est identifiée. Dans d’autres cas l’insomnie survient épisodiquement, coïncidant fréquemment avec des facteurs de stress expliquant l’insomnie.

L'insomnie chronique

L'insomnie chronique est caractérisée par une difficulté régulière d'endormissement ou de maintien du sommeil. Cette difficulté a un impact sur la vie professionnelle, personnelle et sociale du dormeur. Malgré de bonnes conditions pour dormir, ce trouble survient de façon fréquente et durable. L'insomnie chronique peut également apparaître de manière isolée ou associée avec la prise d'un médicament ou d'une substance, ou un trouble mental ou physique.

Les traitements de l'insomnie

L’insomnie à court terme

Son traitement comporte deux mesures, d’une part la gestion du facteur précipitant de l’insomnie, événement de vie stressant, gêne ou douleur physique, facteur de l’environnement, et d’autre part une médication hypnotique à court terme

L’insomnie chronique

Le choix du traitement repose d’abord sur une analyse fonctionnelle détaillée du trouble, insomnie chronique isolée ou insomnie chronique associée à une comorbidité, c'est-à-dire plusieurs maladies associées.

Insomnie chronique isolée

Pour mieux dormir, on privilégiera les interventions non pharmacologiques tout en sachant qu’elles requièrent une pleine participation du sujet et ne peuvent donc être proposées à tout le monde, et qu’elles peuvent être associées, au moins au début, à une thérapeutique pharmacologique. De plus, les différents sous-types de l’insomnie chronique isolée peuvent amener à qualifier le traitement.

Les interventions non-pharmacologiques comprennent trois aspects, éducatif, comportemental et cognitif. Ils sont associés à l’un ou l’autre type de relaxation lorsque le niveau d’activation, physiologique, cognitif ou émotionnel, contribue de façon significative à l’insomnie. Ces interventions peuvent être proposées et contrôlées par un thérapeute, psychologue ou médecin, spécialement formé, ou plus récemment « en ligne ».

L’indication de choix de ces interventions non-pharmacologiques est l’insomnie psychophysiologique. Dans le cas de l’insomnie idiopathique et de l’insomnie paradoxale l’indication est la même, mais il faut savoir que ces deux types d’insomnie sont souvent plus difficiles à traiter efficacement. L’insomnie due à une hygiène inadéquate du sommeil repose surtout sur l’aspect éducatif du traitement non pharmacologique. Quant à l’insomnie comportementale de l’enfant elle relève exclusivement d’une approche non pharmacologique, mais totalement différente de celle proposée à l’adulte.

Dans le cas où, pour différentes raisons, l’intervention non-pharmacologique complète ne peut être envisagée, on retiendra l’éducation à une bonne hygiène du sommeil nécessaire quel que soit le type d’insomnie et l’administration de médicaments, hypnotiques non-benzodiazépiniques de façon limitée dans le temps, antidépresseurs en cas de syndrome dépressif associé, mélatonine à l’essai dans le cas particulier de l’insomnie chronique isolée chez le sujet âgé de plus de 50 ans.

Insomnie chronique associée à une comorbidité

L’association à une comorbidité ne veut pas dire nécessairement que l’insomnie soit secondaire à cette comorbidité. Le traitement repose donc en règle sur l’association de deux types de traitement, intervention non-pharmacologique dirigée sur le symptôme insomnie et intervention autre dirigée sur la comorbidité.

Article
0

JE FAIS LE POINT SUR MON SOMMEIL EN 4MN

Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Dans la même série

Dans la même rubrique

Tous les articles de la rubrique
Haut de page 
X