Qu'est-ce que la narcolepsie ?

Article
0
Qu'est-ce que la narcolepsie ?

Dormir est un vrai plaisir lorsqu'on profite d'un bon sommeil. Mais lorsque le sommeil survient à tout moment de la journée, sans limite, et accable le dormeur, il peut s'agir de narcolepsie. Ce sommeil excessif est un véritable problème pour mener une vie normale. Qu’est-ce que la narcolepsie ? Comment la traiter ? Explications.

Les différents types de narcolepsie

On distingue deux types de narcolepsie: La narcolepsie de type 1 et la narcolepsie de type 2.
La narcolepsie de type 1 est caractérisée par deux symptômes principaux, une somnolence diurne excessive et des accès de sommeil irrésistibles d’une part, des attaques de cataplexie d’autre part, et des signes accessoires inconstants, les hallucinations à l’endormissement et au réveil, les paralysies du sommeil et la mauvaise qualité du sommeil. La somnolence n'est pas permanente, mais survient quotidiennement. Elle procède par vagues, souvent aux mêmes heures chez un même patient et elle culmine en des accès de sommeil irrésistibles et rafraîchissants.
La cataplexie est une perte brusque du tonus musculaire liée à des facteurs émotionnels, le plus souvent agréables, un fou rire, une bonne surprise, une blague racontée par le sujet lui-même. Elle peut être partielle, n’affectant qu'un groupe de muscles, d’où un lâcher d’objet, un déverrouillage des genoux, une flexion de la tête, ou complète, entraînant l’affaissement du sujet sur le sol.
La cataplexie du narcoleptique est toujours brève, d’une fraction de seconde à rarement plus de deux inutes. Sa fréquence est variable de quelques unes dans la vie entière à plusieurs par jour et dans ce cas particulièrement handicapante. Les hallucinations du narcoleptique sont le plus souvent visuelles, mais aussi auditives, kinesthésiques. La paralysie du sommeil est une incapacité à mobiliser les membres, la tête, survenant dans la transition de la veille au sommeil ou du sommeil à la veille, pour une durée pouvant aller jusqu’à une dizaine de minutes. Le mauvais sommeil est caractérisé par des éveils répétés dans la nuit et des parasomnies, somniloquie (parler pendant le sommeil) ou trouble du comportement en sommeil paradoxal (comportement violent apparaissant en sommeil paradoxal).
La narcolepsie de type 1 doit être confirmée par un enregistrement du sommeil à la fois dans la nuit et dans le jour suivant La narcolepsie de type 1 affecte entre 15 et 40 personnes sur 100.000.

La narcolepsie de type 2 se distingue de la narcolepsie de type 1 par l’absence de cataplexie. Ce trouble du sommeil peut aussi comporter des signes accessoires. Comme la narcolepsie de type 1, son diagnostic doit être confirmé par un examen polygraphique du sommeil dans la nuit et le jour suivant. La prévalence de la narcolepsie de type 2 n’est pas connue précisément.

Une maladie handicapante

Les conséquences de cette maladie du sommeil sur le quotidien sont nombreuses : risque d'accidents de voiture et du travail, baisse des performances académiques et au travail, problèmes familiaux, dépression. Ce trouble du sommeil dure toute la vie même s'il peut s’améliorer et certains signes disparaître. La narcolepsie répond plus ou moins bien aux traitements disponibles.

Traiter la narcolepsie

Le traitement de la narcolepsie s’adresse à la somnolence diurne excessive, aux attaques de cataplexie et aux signes accessoires, et enfin au mauvais sommeil. Le traitement de cette maladie du sommeil repose sur des médicaments éveillants, modiodal (Modafinil®) surtout, et des médicaments stimulants methylphenidate (Ritaline®). En complément des siestes brèves réparties dans la journée sont toujours bénéfiques. Le traitement des attaques de cataplexie et des signes accessoires comprend l’oxybate de sodium (Xyrem®) pris le soir et dans la nuit et certains antidépresseurs. Quant au traitement du mauvais sommeil il fait également appel au sodium oxybate (Xyrem®).

Article
0

JE FAIS LE POINT SUR MON SOMMEIL EN 4MN

Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Dans la même rubrique

Tous les articles de la rubrique
Haut de page 
X