Les terreurs nocturnes chez l'enfant : que faire ?

Article
0
Les terreurs nocturnes chez l'enfant : que faire ?

Votre enfant se réveille souvent brutalement pendant la nuit ? Il semble avoir fait un cauchemar violent et vous ne parvenez pas à le calmer ? Il n'est peut-être pas la victime d'un banal cauchemar mais d'une terreur nocturne. Le point sur ce trouble du sommeil angoissant pour les parents mais bénin.

Qu'est-ce que la terreur nocturne ?

Les terreurs nocturnes appartiennent au groupe des parasomnies, terme qui regroupe l'ensemble des comportements étranges ou anormaux durant le sommeil. Les terreurs nocturnes apparaissent beaucoup plus fréquemment chez les enfants que chez les adultes, et en début de nuit, durant le sommeil profond. Elles se manifestent par un cri ou des pleurs violents, cependant que l’enfant demeure dans son lit avec une expression de panique. Ces symptômes s’accompagnent de sueurs, de rougeur de la peau, de tachycardie, d’une respiration rapide. Un point important encore, « l’inconsolabilité » de l’enfant et la fréquence élevée d’antécédent identique dans la famille. Si ces troubles peuvent évoquer des cauchemars, ils s’en distinguent par plusieurs points : l’horaire, la terreur nocturne se produisant au début de la nuit et le cauchemar dans la deuxième partie ; le niveau d’activation physiologique beaucoup plus intense que dans le cauchemar ; l’absence de souvenir de l’épisode le matin. La crise dure entre 2 et 30 minutes, durant lesquelles l'enfant n'a pas ou peu conscience de la présence de ses parents et ne supporte pas -pour la plupart- le contact.

Les causes et conséquences à long terme des terreurs nocturnes chez l'enfant

Les origines des terreurs nocturnes restent assez obscures, mais on peut cependant évoquer plusieurs théories à ce propos, bien qu'elles ne soient pas complètement abouties. Certains avancent la thèse d'un dysfonctionnement des mécanismes du contrôle de l'éveil pendant le sommeil. Une autre théorie, plus récente, relie elle les terreurs nocturnes à une respiration difficile due à des amygdales trop volumineuses. Enfin, on peut lier ce trouble à la fatigue, à une maladie infectieuse ou encore, mais rarement, à un malaise psychologique.

Les terreurs nocturnes qui se répètent ne doivent pas être négligées, car elles peuvent être le signe d'un malaise affectif. De plus, on a observé que les enfants atteints de terreurs nocturnes sont plus touchés par le somnambulisme, autre trouble du sommeil.

Les solutions face aux terreurs nocturnes des enfants

Ne tentez pas de réveiller votre enfant lors de ses crises, laissez-le se rendormir et contentez vous de rester à ses côtés pour assurer sa sécurité. Parlez-lui en essayant de le calmer mais évitez de le toucher s'il vous rejette. Si les terreurs nocturnes sont dues à la fatigue, agissez en conséquence et couchez votre enfant plus tôt dans une atmosphère calme, ou faites-lui faire des siestes. La technique des éveils programmés en début de nuit peut être essayée. Dans tous les cas, parlez-en à votre pédiatre, mais un traitement n’est le plus souvent pas nécessaire et cette parasomnie disparaît habituellement à l’adolescence. Si les crises sont impressionnantes, elles sont cependant bel et bien bénignes. Faites-y face avec calme et philosophie.

Article
0

JE FAIS LE POINT SUR MON SOMMEIL EN 4MN

Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Dans la même rubrique

Tous les articles de la rubrique
Haut de page 
X