Tout savoir sur les cycles du sommeil

Sommeil lent, sommeil profond, Sommeil paradoxal,… Vous vous perdez entre tous ces termes compliqués ? Pour mieux comprendre ce qu’il se passe quand vous dormez, voilà un petit topo sur l’organisation du sommeil.

Une bonne nuit complète, où vous avez bien dormi et de laquelle vous vous réveillez bien reposée, se compose de 4 à 6 cycles de sommeil lent et de sommeil paradoxal. Les mécanismes cérébraux et corporels fonctionnent différemment en sommeil lent et en sommeil paradoxal..

Le sommeil lent

Il comprend trois stades de profondeur croissante, le stade 1 ou stade d’endormissement qui ne dure que quelques minutes, le stade 2 ou sommeil léger qui représente 45 à 55% de la durée totale du sommeil, et le stade 3 ou sommeil profond qui en représente 15 à 25%. Pendant le stade 1 le sujet est encore en contact avec l’environnement, pendant le stade 2 il ne l’est plus, mais les bruits extérieurs retentissent sur le sommeil, et pendant le stade 3 le sujet est complètement coupé du monde extérieur. Réveillé pendant ce stade, qui est aussi celui dans lequel se produisent les terreurs nocturnes et le somnambulisme, le sujet a besoin de quelques minutes pour revenir à un état de veille complet. En sommeil lent l’activité électrique cérébrale se ralentit, le tonus musculaire demeure présent, même s’il tend à diminuer dans le stade 3, les fréquences cardiaques et respiratoires et la pression artérielle diminuent ; La sécrétion de l’hormone de croissance se fait électivement en stade 3.

Le sommeil paradoxal

Le sommeil paradoxal est caractérisé par une activité électrique rapide, proche de celle de la veille, une abolition du tonus musculaire, à l’exception de petits « twiches » des muscles du visage et des extrémités, et la présence de mouvements oculaires rapides sous les paupières qui demeurent closes. Il représente 20 à 25% de la durée totale du sommeil. Il constitue la deuxième partie d’un cycle de sommeil, brève au début du sommeil et plus longue dans sa deuxième partie. Il n’est pas divisé en stades comme le sommeil lent, mais on y distingue deux types d’activité, les unes durables comme l’activité électrique rapide, l’atonie musculaire, l’érection pénienne chez l’homme, d’autres instantanées comme les mouvements oculaires rapides et les twitches musculaires. A l’inverse du sommeil lent, les fréquences cardiaques et respiratoires, la pression artérielle tendent à être irrégulières. Enfin le sommeil paradoxal est la période élective du rêve, même si des récits de rêve peuvent parfois être obtenus lorsqu’on réveille un sujet en sommeil lent

Ajouter un commentaire
Découvrir aussi
J'aime0 0 commentaires
J'aime2 0 commentaires
J'aime0 0 commentaires