Comment surmonter l'angoisse du coucher

Article

878 votes

0
Comment surmonter l'angoisse du coucher

Les nuits passées sans dormir, à s’énerver dans votre lit ont fait de votre nid douillet un endroit hostile, cause de l’insomnie. Pour mieux dormir, réconciliez-vous avec votre lit, pour qu’il rime avec sommeil, et non avec anxiété.

Envie de retrouver un sommeil de qualité ?
Faites le bilan de votre hygiène de sommeil en 3 min
Comment surmonter l'angoisse du coucher
Je démarre mon bilan gratuit !

Tous les soirs, au coucher, c’est l’angoisse : Victoire traîne pour aller au lit, elle évite sa chambre, et trouve mieux à faire que de se glisser entre les draps. Une fois au lit, elle est persuadée qu’elle passera une mauvaise nuit… et à force d’y penser, elle passe des heures à s’endormir, s’énerve : elle a encore passé une très mauvaise nuit.

Comment apaiser la peur de dormir de son enfant

Aux alentours de 2 ans, les enfants peuvent connaître une vraie peur au moment du coucher. Comme Victoire, ils font tout pour retarder l’instant fatidique : une histoire, un câlin, un verre d’eau… tout est bon pour ne pas se retrouver seul dans son lit, face à ses peurs. Une fois endormis, ils font des cauchemars, se réveillent en pleurant, ne veulent pas rester seuls. La meilleure solution est alors de rester compréhensif et présent, de ne pas s’énerver : cela renforcerait le climat anxiogène d’un moment consacré au repos. Faites de la chambre un endroit sympathique, et du lit un endroit douillet. Ses doudous préférés le protégeront contre les méchants. Tenez-vous aussi à des rituels réguliers et rassurants. Montrez lui aussi que la nuit peut être douce, grâce à de beaux rêves. Parlez-lui des bons moments de la journée, faites du coucher un moment privilégié, calme et tranquille. S’il a peur du noir, laissez un peu de lumière.

Comment vaincre l'angoisse du soir chez l'adulte

Même si cela paraît moins évident que chez les enfants, le lit peut être anxiogène aussi pour l’adulte. A force de ne pas dormir, la chambre à coucher est devenue synonyme d’énervement et d’anxiété. La vue seule du lit peut vous laisser penser avec désespoir : « encore une nuit sans sommeil ! ». Et comme Victoire, vous avez conditionné votre esprit… à mal dormir. A force de se dire que vous n’allez pas dormir, vous risquez effectivement de très mal dormir. Il faut alors se réconcilier avec sa chambre et en faire un havre de tranquillité.

Réservez votre chambre au sommeil. N’y installez aucun écran, aucun appareil électronique et coupez les connexions. Ne restez pas à traîner au lit si vous ne dormez pas. Couchez-vous dès les premiers signes de somnolence.

Article

878 votes

0

JE FAIS LE POINT SUR MON SOMMEIL EN 3MN

Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Dans la même rubrique

Les causes de la fatigue au réveil

91 votes

1
Malgré une longue nuit de sommeil, vous vous sentez encore fatigué(e) ? Ce symptôme peut être lié à une mauvaise hygiène de vie ou à un sommeil qui n’est pas réparateur. ThéraSomnia détaille toutes les causes possibles et les solutions à…
Lire plus

La thérapie du sommeil et l’aspect cognitif de l’insomnie

Article

47 votes

1
La thérapie comportementale et cognitive appliquée au sommeil comporte un travail important de révision des idées concernant le sommeil. Au même titre que le travail comportemental, l’aspect cognitif est essentiel pour résoudre son…
Lire plus

Les causes et conséquences du manque de sommeil chez les jeunes

Article

141 votes

0
Les jeunes de 15 à 24 ans manquent de sommeil ! C’est ce que révèle une enquête réalisée par Opinion Way et la MGEN pour la Journée du Sommeil 2018, organisée par l’INSV (Institut National du Sommeil et de la Vigilance). Voici les…
Lire plus
Tous les articles de la rubrique
X