Jusqu'à -15 sur votre programme. Démarrez votre programme à partir de 15 € le 1er mois

Tout savoir sur l'insomnie paradoxale

Article
Voting

1817 avis

0

Qui n'a jamais eu l'impression de n'avoir pas fermé l’œil de la nuit ? C'est justement ce dont se plaignent les personnes qui souffrent d'insomnie paradoxale. Toutes les nuits, ces dormeurs disent ne dormir que quelques heures seulement, voire pas du tout. Qu'en est-il vraiment ? Et comment traiter l'insomnie paradoxale ?

Photo
Tout savoir sur l'insomnie paradoxale
Body

L'insomnie paradoxale, quand dormir n’est pas perçu subjectivement

L'insomnie paradoxale est aussi appelée insomnie subjective ou mauvaise perception du sommeil. Le sujet se plaint de très mauvais sommeil, voire d'absence totale de sommeil, ne collant pas avec une absence de somnolence marquée ou de diminution des performances durant le jour. Le dormeur a une très mauvaise évaluation de la durée réelle de son sommeil. La plupart des insomniaques ont tendance à estimer à la hausse le temps qu'il leur faut pour s'endormir et à la baisse la durée totale du sommeil. Mais dans le cas de l'insomnie paradoxale, le dormeur apparaît incapable de percevoir qu'il a dormi. Soumis à un enregistrement polysomnographique en laboratoire de sommeil, on constate un grand écart entre un sommeil peu différent de la normale et la plainte majeure du dormeur. On estime que ce type d'insomnie touche 5% des insomniaques vus en laboratoire de sommeil.

Les facteurs favorisants de l'insomnie paradoxale

Dans la majorité des cas, ces insomniaques ont une personnalité anxieuse et sont fixés sur la durée anormalement faible de leur sommeil. On note également une activité mentale soutenue, et une incapacité à la ralentir au moment de se coucher. Les patients rapportent d'ailleurs souvent l'impression d'avoir pensé toute la nuit.

Comment l'expliquer ?

L'écart entre la perception subjective du dormeur et les données des enregistrements polysomnographiques est encore difficile à expliquer. Il se pourrait que ces sujets aient un niveau d’activation cérébrale plus élevé que la normale leur laissant l’impression de ne pas dormir. Une autre hypothèse serait que ces sujets cristallisent sur le sommeil toutes leurs plaintes sur le sommeil d’une manière hypocondriaque. Une autre possibilité serait encore que la qualité intrinsèque de leur sommeil soit mauvaise, mais que les enregistrements polysomnographiques ne rendent pas compte de ce défaut de qualité.

Comment traiter l'insomnie paradoxale ?

On est encore assez démuni vis à vis de ce type d’insomnie. Le traitement de base est celui de l’insomnie psychophysiologique, mais il faut reconnaître que les résultats sont la plupart du temps limités. On a pu effectuer des éveils provoqués dans la nuit, suivis d’une discussion avec le patient sur son ressenti du sommeil pour lui faire reconnaître des signes de sommeil.

Article
Voting

1817 avis

0

Démarrez votre bilan gratuit en 3 min

Ajouter un commentaire

Restricted HTML

  • Balises HTML autorisées : <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Replaces smiley icons paths left from non-multisite environment with new ones

Dans la même série

Autres sujets similaires

Vous pensez souffrir d'insomnie paradoxale ?

Faites le bilan de votre sommeil en 3 min
Vous n'avez pas trouvé votre bonheur ?

Découvrez les témoignages de nos abonnés !

  • "Je dors toute la nuit d'un sommeil très réparateur"

    En suivant le parcours élaboré par ce programme et les nombreux conseils, j’ai pu appliquer toutes les consignes et après un peu plus d’un mois de pratique mon sommeil s’est amélioré de jour en jour.

    Huguette, 59 ans, Clermont-Ferrand

  • "Je dors merveilleusement bien et mes nuits sont très récupératrices !"

    Les améliorations ont été progressives. L’enseignement majeur de la méthode pour moi est de différencier la fatigue et les signaux du sommeil. Aller se coucher parce qu’on a identifié les signaux de sommeil.
    Je dors merveilleusement bien et mes nuits sont très récupératrices!

    Michelle, 64 ans, Hyères

  • "Je fais enfin des nuits réparatrices, le sommeil n'est plus un problème"

    Je suis encore surprise par les résultats obtenus en 3 mois. Si je me réveille la nuit sans me rendormir, je me lève pour lire entre 10 et 20 mn et le sommeil revient sans problème. Je recommande le programme !

    Marie, 58 ans, Bourg en Bresse

  • "J'ai retrouvé le sommeil, la forme et la sérénité en moins de 3 mois"

    J'ai retrouvé une énergie que je ne soupçonnais plus, mes capacités cognitives se sont également restaurées. En environ 3 mois, des problèmes de sommeil insolubles se sont régulés.

    Dominique, 59 ans, Bastia

  • "Maintenant j'ai des vraies nuits et je me sens beaucoup mieux."

    Aujourd'hui mon endormissement est plus rapide, j'ai une meilleure mémoire, je suis de meilleure humeur. Grâce au programme j'ai appris que mauvaise nuit ne veut pas forcément dire mauvaise journée.

    Evelyne, 61 ans, Alençon

  • "J'ai atteint mon objectif : je ne suis plus insomniaque"

    Maintenant, je me sens beaucoup moins fatiguée. Je dors en moins de 50 minutes, notamment grâce aux techniques de relaxation : c’est un besoin maintenant, ça me fait beaucoup de bien !

    Charlotte, 38 ans, Paris. 

Transverse - Arguments programme

  • Parcours adapté

    Un parcours adapté à votre problématique

  • Un coach Psychologue à votre écoute

    Un coach Psychologue à votre écoute

  • Une communauté pour partager

    Une communauté pour partager

  • contact

    09 81 41 35 22 - Du lundi au samedi de 10h à 19h