Tout savoir sur l'insomnie paradoxale

Article
0
Tout savoir sur l'insomnie paradoxale

Qui n'a jamais eu l'impression de n'avoir pas fermé l’œil de la nuit ? C'est justement ce dont se plaignent les personnes qui souffrent d'insomnie paradoxale. Toutes les nuits, ces dormeurs disent ne dormir que quelques heures seulement, voire pas du tout. Qu'en est-il vraiment ? Et comment traiter l'insomnie paradoxale ?

L'insomnie paradoxale, quand dormir n’est pas perçu subjectivement

L'insomnie paradoxale est aussi appelée insomnie subjective ou mauvaise perception du sommeil. Le sujet se plaint de très mauvais sommeil, voire d'absence totale de sommeil, ne collant pas avec une absence de somnolence marquée ou de diminution des performances durant le jour. Le dormeur a une très mauvaise évaluation de la durée réelle de son sommeil. La plupart des insomniaques ont tendance à estimer à la hausse le temps qu'il leur faut pour s'endormir et à la baisse la durée totale du sommeil. Mais dans le cas de l'insomnie paradoxale, le dormeur apparaît incapable de percevoir qu'il a dormi. Soumis à un enregistrement polysomnographique en laboratoire de sommeil, on constate un grand écart entre un sommeil peu différent de la normale et la plainte majeure du dormeur. On estime que ce type d'insomnie touche 5% des insomniaques vus en laboratoire de sommeil.

Les facteurs favorisants de l'insomnie paradoxale

Dans la majorité des cas, ces insomniaques ont une personnalité anxieuse et sont fixés sur la durée anormalement faible de leur sommeil. On note également une activité mentale soutenue, et une incapacité à la ralentir au moment de se coucher. Les patients rapportent d'ailleurs souvent l'impression d'avoir pensé toute la nuit.

Comment l'expliquer ?

L'écart entre la perception subjective du dormeur et les données des enregistrements polysomnographiques est encore difficile à expliquer. Il se pourrait que ces sujets aient un niveau d’activation cérébrale plus élevé que la normale leur laissant l’impression de ne pas dormir. Une autre hypothèse serait que ces sujets cristallisent sur le sommeil toutes leurs plaintes sur le sommeil d’une manière hypocondriaque. Une autre possibilité serait encore que la qualité intrinsèque de leur sommeil soit mauvaise, mais que les enregistrements polysomnographiques ne rendent pas compte de ce défaut de qualité.

Comment traiter l'insomnie paradoxale ?

On est encore assez démuni vis à vis de ce type d’insomnie. Le traitement de base est celui de l’insomnie psychophysiologique, mais il faut reconnaître que les résultats sont la plupart du temps limités. On a pu effectuer des éveils provoqués dans la nuit, suivis d’une discussion avec le patient sur son ressenti du sommeil pour lui faire reconnaître des signes de sommeil.

Article
0

JE FAIS LE POINT SUR MON SOMMEIL EN 4MN

Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Dans la même série

Dans la même rubrique

Tous les articles de la rubrique
Haut de page 
X